Actualités

Les chemins de la Liberté

 
 

La Mission Interdépartementale mémoire et communication Occitanie et les services départementaux de l’office national des anciens combattants et victimes de guerre de la chaîne pyrénéenne des départements de l'Ariège, de la Haute-Garonne, des Pyrénées  Atlantiques, des Hautes Pyrénées et des Pyrénées Orientales ont organisé un colloque sur les Passeurs et les évadés dans les Pyrénées durant la seconde guerre mondiale, les 17 et 18 octobre 2017 à St Girons.

En partenariat avec l’association Les chemins de la liberté, l’ONAC de l’Ariège a été chargé de la coordination de ce projet mémoriel inédit qui a pour vocation de mettre en lumière cette histoire commune et de permettre aux associations qui portent la mémoire des passeurs et des évadés des Pyrénées de pouvoir échanger et partager leurs recherches sur ce sujet.

Le choix de St Girons pour l'organisation de cette première édition s'est imposé naturellement grâce à l'association Les chemins de la Liberté qui a impulsé une dynamique autour de ce projet, qui s'est construit autour des sites mémoriels de Kercabanac et du musée et des chemins des Passeurs.

Le programme de ces deux journées a permis d'accueillir un large public  composé de nombreux scolaires.

> Programme Colloque - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,11 Mb

Le 17 octobre 2017 des collégiens de St Girons ont participé une randonnée du Souvenir, à laquelle s'est jointe la préfète de l'Ariège Marie Lajus avec les bénévoles de l’association des chemins de la liberté,  suivie  d’une cérémonie à Kercabanac.

DSC_2781_preview
DSC_2778_preview
DSC_2796_preview
DSC_2844_preview
Stèle_4 [1600x1200]
DSC_2848_preview
DSC_2811_preview

Interprétée par les collégiens de St Girons La complainte du partisan a été diffusée pour la première fois par la BBC à destination de la France occupée. Elle est reprise au début des années 1970 par Léonard Cohen.

"Les Allemands étaient chez moi
 On m'a dit "Résigne-toi"
 Mais je n'ai pas pu
 Et j'ai repris mon arme
 
 Personne ne m'a demandé
 D'où je viens et où je vais
 Vous qui le savez
 Effacez mon passage
 
 J'ai changé cent fois de nom
 J'ai perdu femme et enfants
 Mais j'ai tant d'amis
 Et j'ai la France entière
 
 Un vieil homme dans un grenier
 Pour la nuit nous a cachés
 Les Allemands l'ont pris
 Il est mort sans surprise
 
 Hier encore, nous étions trois
 Il ne reste plus que moi
 Et je tourne en rond
 Dans la prison des frontières
 
 Le vent souffle sur les tombes
 La liberté reviendra
 On nous oubliera
 Nous rentrerons dans l'ombre"