Lutter contre l'insécurité routière

 
Lutter contre l'insécurité routière

Création en Ariège d'un pôle départemental de la sécurité routière

Dans notre département, très durement touché cette année par une forte augmentation des accidents mortels, la mobilisation en matière de sécurité routière doit être renforcée et exige un engagement sans faille de tous les partenaires associés aux dispositifs existants.

C’est la raison pour laquelle la préfète de l’Ariège a décidé de créer un pôle départemental de sécurité routière qui a pour vocation de bâtir une stratégie partenariale destinée à proposer des pistes d’amélioration des dispositifs et à assurer leur mise en oeuvre. Le pôle départemental a été officiellement installé par la préfète Marie Lajus, le 2 décembre 2016, en présence de la procureur de la République, du commandant du groupement de gendarmerie et de la directrice départementale de la sécurité publique.

Accidentalité une année noire en Ariège

En Ariège, 23 personnes ont perdu la vie depuis le début de l'année alors que 6 décès étaient à déplorer en 2015 à la même période (hausse de 283,33%). Cette année est la plus meurtrière sur les routes depuis 2005 (24 décès). 52% des personnes qui ont trouvé la mort appartiennent à la tranche d’âge des 15-25 ans. Près d'un tiers des tués (7) l’ont été dans des accidents où l’alcoolémie et l’usage de stupéfiants sont en cause. Les autres indicateurs de l'accidentalité routière sont également en augmentation, les accidents corporels augmentent de 31 % et le nombre de blessés sur les routes de 52 %.

Des mesures gouvernementales

La lutte contre le fléau qu'est la violence routière constitue un objectif majeur du gouvernement qui a adopté le 26 janvier 2015 un plan d’action pour la sécurité routière visant à mobiliser l’ensemble des registres d’intervention en matière de sécurité routière : la formation des conducteurs, la sécurité des véhicules,des infrastructures.

Le plan d’action comprend 26 mesures déclinées autour de 4 axes majeurs:

Sensibiliser, prévenir, former

Protéger les plus vulnérables

Lutter contre les infractions graves

Sécuriser les infrastructures

Sensibiliser, prévenir, former.

De nombreuses mesures ont déjà été mises en place avec notamment, l'abaissement du seuil de consommation d'alcool pour les conducteurs novices, l'interdiction du port de tout dispositif émettant du son à l'oreille du conducteurs, l'obligation du port des gants pour les conducteurs et les passagers de deux-roues motorisés, l’alourdissement des sanctions encourues en cas de grands excès de vitesse.

Une mobilisation locale renforcée

Il n’y aucune raison pour que l’insécurité routière ne recule pas de façon durable et il est nécessaire que les services de l’Etat fassent évoluer leurs méthodes de travail en tenant compte du contexte local de l’accidentalité routière.

Dans la continuité du document général d’orientation 2013/2017 la préfète de l’Ariège a initié la création d’un pôle départemental de sécurité routière qui a pour vocation d’être un outil de pilotage opérationnel à l’échelle du département.

Trois axes de travail sont assignés à cette nouvelle instance:

- Elaborer une stratégie partenariale d’amélioration de la sécurité routière dans le département,

- Valider des mesures opérationnelles à mettre en œuvre,

- Optimiser l'action des services et des acteurs de la sécurité routière.

Le pôle permettra en outre de fédérer un réseau d’acteurs réactif et opérationnel mobilisable sur des problématiques départementales telles que sécurisation des infrastructures, signalisation, prévention, communication…. Les causes de la violence routière sont connues. Elles sont principalement liées à la multiplication des comportements à risque: vitesse excessive, conduite sous alcool et/ou stupéfiants, baisse de la vigilance du fait de l'utilisation du téléphone.

Les analyses faites au niveau national par l’office national interministériel de la sécurité routière (ONISR), montrent une corrélation entre l'évolution des chiffres de l'accidentalité et l'orientation des contrôles effectués. Le pôle aura aussi pour rôle d’évaluer l'intensité de l'action des forces de sécurité intérieure départementales et plus généralement d’avoir en permanence une vision claire et actualisée de l’emploi des moyens spécialisés répressifs et préventifs mobilisés pour lutter contre l’insécurité routière.

Les actions menées en matière de sécurité routière doivent continuer à être médiatisées pour une visibilité renforcée (presse locale, réseaux sociaux, implication du corps préfectoral aux côtés de la police et de la gendarmerie).

La sécurité routière est un enjeu majeur qui nécessite une mobilisation de tous les acteurs qui ne sera efficiente que si elle est relayée auprès du plus grand nombre.