Léa Schiano en service civique à la gendarmerie de Foix

 
 

Index d'articles

  1. Le service civique une expérience unique
  2. Qu'est-ce que le Service Civique ?
  3. Renforcer l'engagement citoyen en généralisant le service civique
  4. 3 questions à Laurence Grondin - Référente service civique
  5. Léa Schiano en service civique à la gendarmerie de Foix
IMG_6939 [1600x1200]

Quel est votre parcours ?

J’ai 22 ans, titulaire d’un baccalauréat de comptabilité, j’ai poursuivi par un DUT de gestion des entreprises et des administrations-option finance et compabilité - à l’IUT Paul Sabatier à Toulouse. Mon cursus comportait des stages, et au cours de l’un d’entre eux, en 2ème année, j’ai travaillé sur l’organisation d’un concert de groupes émergents. Cette expérience a été un déclic pour moi et je me suis réorientée sur la gestion de projet. J’ai obtenu une licence professionnelle de pilotage et gestion de projet à Bourges. Durant ce cursus j’ai fais un stage en milieu hospitalier au cours duquel j’ai pu mettre en pratique mes connaissances théoriques et pris en charge deux projets de services, la certification de la structure et la création d’un outil de gestion de projets pour le personnel hospitalier, que j’ai formé sur l’outil que j’ai développé. Avant de poursuivre un nouveau cursus universitaire ( master de gestion de projet) , j’ai voulu travailler, jusqu’à ce qu’une amie me parle du service civique. J’ai trouvé dans ce dispositif une opportunité d’acquérir une expérience de terrain et de m’engager dans le champ de la prévention, domaine que j’ai découvert comme bénévole de la croix rouge.

Comment s’est passé votre recherche ?

J’ai consulté le site internet du service civique, j’ai répondu à plusieurs annonces et à l’issue d’un entretien à la gendarmerie de Foix, j’ai fait le choix de m’engager, pour un contrat de 8 mois, dans une mission d’appui et de soutien, auprès du référent sûreté de la gendarmerie de l’Ariège. Le coeur de métier du référent est l’action préventive des actes de malveillance, auprès de publics particulièrements exposés, commerçants, entreprises, collectivités territoriales, … Il s’agit de faire un bilan de situation sur la situation d’un site ou d’une structure en terme de sécurité, et de proposer à notre interlocuteur des préconisations pour sécuriser son établissement, ou sa maison et prévenir ainsi cambriolages, incivilités, ou dégradations sur leur bien.

En quoi consistent ces missions ?

J’assiste le référent sûreté qui a pour missions, auprès des différents publics, de prodiguer des conseils techniques d'ordre général sur la sécurisation d'une structure, de réaliser des diagnostics de sûreté, de proposer des préconisations de sécurisation d'un site. Le référent sûreté conseille aussi les municipalités sur les dispositifs de vidéoprotection. Mes missions sont très variées, je participe aux travaux préparatoires des interventions du référent, je conçois des outils de communication, je me déplace avec le référent pour des consultations de sûreté, des contrôles de vidéo protection, j’aide à la réalisation des audits, j’ai été intégéré dans la démarche de participation citoyenne pour la sensibilisation des publics, je rédige des articles sur les réseaux sociaux de la gendarmerie.

Quel bilan tirez – vous de votre expérience en service civique ?

Tout d’abord j’ai découvert avec la gendarmerie, une culture professionnelle que je ne connaissais absolument pas, avec ses règles, son organisation et finalement tous ses métiers. Ce genre d’immersion permet de lever des idées préconçues, de se frotter à la réalité du terrain, de travailler en équipe, de rencontrer des publics variés, d’être utile, et d’avoir une expérience de terrain précieuse pour la suite. C’est un très bon apprentissage que je conseille vivement. Pour ce qui me concerne j’ai trouvé facilement à m’engager et je ne le regrette pas. Le choix des missions est varié, et il est même possible de faire son service civique à l’étranger. Une de mes amies part dans quelques semaines pour les Pays – Bas.